France Bourse : actualité de la bourse de Paris

L'actualité de la bourse de Paris vous intéresse ? Rejoignez les membres de France Bourse et découvrez les judicieux conseils de Jean-David Haddad pour optimiser vos placements boursiers. Avec France Bourse, le Cac 40 et toute la bourse de Paris n'auront plus aucun secret pour vous ! Bourse et Cac 40 : c'est sur France Bourse que cela se passe.

Mot de passe oublié ? S'inscrire
Accueil >> Interviews >> Nicolas Pollet, PDG d'Invibes Advertising, se livre aux lecteurs de Francebourse
Article du 16/09/2016

Nicolas Pollet, PDG d'Invibes Advertising, se livre aux lecteurs de Francebourse

Notre Rédacteur en Chef Jean-David Haddad a rencontré Nicolas Pollet, PDG de Invibes Advertising, petite société récemment introduite sur le marché libre. Pour une publi-interview

JDH : Mr Pollet, bonjour et merci de vous prêter au jeu de l’interview, pour informer les fidèles lecteurs de Francebourse

NP : Tout le plaisir est pour moi…

JDH : En quelques mots, pouvez-vous nous présenter votre activité ?

NP : Nous développons et commercialisons une solution publicitaire qui s'appuie sur un format In-feed (intégrée dans les contenus média) inspiré des réseaux sociaux et optimisé pour une diffusion sur des sites internet, principalement des sites média.

JDH : Par exemple, je vais sur un site d’informations, et comme je m’intéresse aux voitures, il me met des publicités de voitures…

NP : Exactement ça…

JDH : Mais Nicolas, cela existe déjà ! J’en vois tous les jours !

NP : Oui, mais notre particularité c’est que notre format est exclusivement, et je dis bien exclusivement In-Feed. Un format qu’on ne voit habituellement que sur les plateformes sociales comme Facebook et Linkedin. Nous permettons d’élargir la diffusion de ce type de format aux sites média. Comme Francebourse par exemple.

JDH : Que je sois annonceur ou lecteur, quel est l’intérêt de ce type de format ?

NP : Deux grands intérêts :
-D’abord cela permet d’intégrer la publicité au beau milieu du contenu, exactement comme lorsque vous lisez un magazine. Donc finis les pop-ups, et les pubs intrusives de toutes sortes. Finis aussi les bandeaux en haut d’écran que personne ne voit. L’In-feed permet d’être visible et non intrusif.
-Ensuite, cela permet d’avoir une cohérence par rapport à ce que l’internaute consulte. Si l’internaute consulte des pages de texte et d’image, il aura une pub en texte et images et jamais une vidéo qui se lance automatiquement en bloquant la lecture de l’internaute.

JDH : Qui apprécie ce format ? Plutôt les annonceurs ou plutôt les supports ?

NP : Les deux. L’un ne va pas sans l’autre. Nos retours sont très bons.

JDH : Quelques mots sur vous, votre parcours ? Comment êtes-vous arrivés à ce métier ?

NP : Oh… c’est toute une histoire ! J’étais analyste financier chez BNP Paribas. Je me suis occupé d’introductions en bourse. Comme celle de Multimania, première société internet cotée par BNP Paribas en 2000. Nous avions fait une grande étude sur les start-up cotées… et vous savez quoi ? Cela m’a donné envie d’entreprendre ! De faire une start-up !

JDH : Très intéressant ! Et vous avez directement créé Invibes ?

NP : Non ! Invibes a été créée en mai 2011. Auparavant, j’ai fondé Wistiti.fr, vous vous souvenez de Wistiti.fr ?

JDH : Sincèrement… non, mais peut-être que cela parlera à mes lecteurs !

NP : J’ai vendu Wistiti.fr à un leader européen, et après quelques années, ai voulu me relancer dans un projet…

JDH : Le mal de l’entrepreneur… le vide…

NP : Exactement !

JDH : Vous avez donc monté Invibes ?

NP : J’ai alors rencontré Kris Vlaemynck, fondateur de Besthotels.com, qui est devenu mon associé. Et nous avons réussi, en amont de la création d’Invibes Advertising, à lever un million d’euros rien que sur une présentation par slides !

JDH : Vous en semblez fier…

NP : Oui, d’autant plus que Xavier Niel, via son fond Kima, est entré au capital !

JDH : Niel est dans votre capital ? Encore aujourd'hui?

NP : Exactement !

JDH : Parait-il qu’il reste dans le capital des entreprises auxquelles il croit ! Avez-vous une autre actionnaire de ce calibre dont vous voudriez parler à nos lecteurs ?

NP : Oui ! Le Vice-Président du Marketing chez Google…

JDH : Google France ?

NP : Euh… non, Google ! Google aux US !

JDH : Eh bien bravo ! Et puis, une fois votre capital bien garni, il y a récemment eu l’IPO !

NP : Voilà !

JDH : Pourquoi l’IPO ?

NP : Nous nous développons à l’international. Avons lancé la Suisse en février, l’Espagne en juin, puis le Brésil. Nous le faisons via des partenaires locaux. L’idée serait à terme de les racheter via des attributions d’actions, or pour cela il faut une cotation.

JDH : Mais savez-vous que le marché libre n’a pas bonne presse et n’a que peu de liquidité ?

NP : Oui bien sûr, j’ai été analyste financier (ndlr : rires…) ! Pour nous le marché libre est une étape vers autre chose. Alternext ou autre chose. Et pas dans 5 ans.

JDH : Très bien ! Parlons chiffres à présent… Chiffre d’affaires, bénéfices, bref tout ce que les actionnaires attendent !

NP : Nous avons fait 1.8M€ de CA en 2015, soit un doublement par rapport à 2014 et avons fait une croissance de 107% sur le premier semestre 2016.

JDH : Vous doublez chaque année ?

NP : Oui, c’est à peu près ça, mais je tiens à préciser que je ne fais aucune prévision. L’essentiel de notre chiffre se faisant sur le dernier trimestre, je préfère ne rien prévoir sur 2016 pour le moment.

JDH : Et au niveau des résultats ?

NP : Nous avons été à l’équilibre en 2015, mais là nous sommes sur une période d’investissement donc nous devrions être en pertes, mais des pertes modérées.

JDH : Invibes a-t-elle des dettes ?

NP : Nous avons environ 500.000 € de dettes avec ING et auprès du CIC

JDH : Très bien… Et pour finir, ma rituelle question : Quel est le chef d’entreprise que vous admirez le plus et/ou que vous auriez aimé être ?

NP : J’ai beaucoup d’admiration pour mon grand-père, Henri Pollet, fondateur de La Redoute, qui avait prévu l’essor du commerce électronique… dans les années 70 !! Ce n’est pas une blague. Il parlait de clients qui dans un avenir proche commanderaient au téléphone des produits présentés sur un écran… cathodique. Véridique ! Un véritable chef d’entreprise visionnaire.

JDH : Un scoop ! Merci beaucoup Nicolas. De vous être ainsi livré à nos lecteurs.

NP : C’est moi qui vous remercie


 
Retour à la liste d'article Inscription gratuite