Francebourse connait des difficultées technique. Nos techniciens font le maximum...

France Bourse : actualité de la bourse de Paris

L'actualité de la bourse de Paris vous intéresse ? Rejoignez les membres de France Bourse et découvrez les judicieux conseils de Jean-David Haddad pour optimiser vos placements boursiers. Avec France Bourse, le Cac 40 et toute la bourse de Paris n'auront plus aucun secret pour vous ! Bourse et Cac 40 : c'est sur France Bourse que cela se passe.

Mot de passe oublié ? S'inscrire
Accueil >> Bourse, Finance >> Le bulle de la cherté. Par JDH
Article du 02/10/2018

Le bulle de la cherté. Par JDH

Il n'y a pas qu'au niveau macroéconomique que les inégalités se creusent! C'est aussi le cas en bourse!
Tandis que les actions qui étaient valorisées à des prix normaux ont été massacrées, et donc du coup devenues très sous-valorisées, celles qui étaient déjà chères sont devenues très chères voir hors de prix !
Telle est la leçon que je retire du scanning du CAC 40. Ainsi, des titres comme Essilor, LVMH, Hermès, Sodexo, Kering, Danone, et même Vivendi, sont désormais totalement survalorisés. On a l’impression, en regardant leur valorisation, que le CAC 40 est à 6500 points ! Alors qu’il est 1000 points en-dessous ! Une « bulle de la chèreté » en quelque sorte, s’est formée sur ces valeurs. Ce qui est était cher est très cher. En revanche, de valeureuses entreprises comme Michelin ou Saint-Gobain, ou encore Publicis, peinent quant à elles à convaincre et sont valorisées à des ratios de bas de cycle… à des ratios correspondant à un CAC 40 à 4000 points, alors que le CAC 40 est là encore à 5500 points ! Total fait figure d’exception, et heureusement qu’il y a des exceptions ! Total monte car Total mérite de monter, Total n’était pas un titre cher, c’est aujourd’hui un titre normalement valorisé.
Cette tendance qui s’observe sur le CAC 40 se généralise à l’ensemble du marché. Nous en avons fait les frais sur Nexans. La spéculation baissière sur Casino n’aurait pas eu une telle prise si la perception de son secteur n’était pas aussi exécrable. Et, même sur les PME, les EO2, Prismaflex et autres LDLC sont des titres totalement abandonnés au profit de titres comme Claranova ou Solutions 30, déjà chers l’an dernier et à présent très chers ! A long terme, nous le savons, nous l’avons vécu, les rivières retrouvent toujours leur lit ! Ce sera encore le cas cette fois-ci !

JDH
Francebourse.com
 
Retour à la liste d'article Inscription gratuite