Francebourse connait des difficultées technique. Nos techniciens font le maximum...

France Bourse : actualité de la bourse de Paris

L'actualité de la bourse de Paris vous intéresse ? Rejoignez les membres de France Bourse et découvrez les judicieux conseils de Jean-David Haddad pour optimiser vos placements boursiers. Avec France Bourse, le Cac 40 et toute la bourse de Paris n'auront plus aucun secret pour vous ! Bourse et Cac 40 : c'est sur France Bourse que cela se passe.

Mot de passe oublié ? S'inscrire
Accueil >> France, Economie >> Wikipedia, la "profane", s'attire une reconnaissance institutionnelle
Article du 15/02/2011

Wikipedia, la "profane", s'attire une reconnaissance institutionnelle

Souvent critiquée pour son manque de fiabilité, l'encyclopédie en ligne Wikipedia, alimentée par des bénévoles passionnés, s'attire, 10 ans après sa création, la reconnaissance d'institutionnels partant d'un constat simple : elle est énormément consultée, partout dans le monde.

Un clic suffit pour avoir accès gratuitement à ses 17 millions d'articles en 250 langues, consultés par 400 millions de visiteurs chaque mois.

En France, plus d'un internaute sur deux y a recours mensuellement, selon la dernière enquête de Médiamétrie portant sur novembre 2010. Aux Etats-Unis, elle est consultée par 53% des adultes surfant sur le web, selon une enquête du Pew Internet and American Life Project de mai 2010, contre 36% en février 2007.

"C'est une réalité que nous ne pouvons ignorer (...). Je suis pragmatique, autant aller dans le sens d'une information fiable, faciliter l'amélioration des contenus", explique à l'AFP Jean-Jacques Aillagon, ancien ministre de la Culture et président de l'Etablissement public du château de Versailles.

Ce joyau du patrimoine français vient de signer un partenariat avec Wikimedia France, l'association qui promeut Wikipedia dans l'hexagone, pour réaliser le transfert de toutes les informations existant sur Versailles vers l'encyclopédie en ligne avec le concours des conservateurs et des scientifiques rattachés au célèbre château.

Des partenariats similaires ont été signés avec la Bibliothèque nationale de France et la ville de Toulouse.

Documents écrits, photos, multimédia, le British Muséum a fait de même à Londres, tout comme le Brooklyn Muséum à New York, plusieurs musées néerlandais, les archives fédérales allemandes, une bibliothèque de l'état australien de Queensland, énumère Adrienne Alix, présidente de Wikimedia France.

Wikipedia travaille avec une dizaine d'universités pour ses articles sur la politique de l'administration américaine, des collaborations en augmentation constante, selon ses responsables aux Etats-Unis.

Pourtant, nombre de rédactions interdisent à leurs journalistes de s'en servir comme source, faute de contenus systématiquement vérifiés.

Une étude de 2005 publiée par la revue "Nature" relevait toutefois que sur 50 articles consacrés à des sujets scientifiques, envoyés à des experts sans en préciser la source, l'encyclopédie classique Britannica avait une moyenne de moins de trois erreurs par article, pour une moyenne de moins de quatre erreurs pour Wikipedia.

"Ce débat est de plus en plus dépassé. Les musées sont vraiment dans une démarche d'ouverture au grand public", commente Adrienne Alix.

Passionné de géographie et de politique américaine, Thierry Coudray, qui a une formation initiale de gestionnaire, a écrit environ 1.000 articles et notamment contribué à celui, en français, sur le "resolute desk", la table de travail du bureau ovale des présidents américains.

Aujourd'hui trésorier de Wikimedia France, il explique vouloir "avant tout partager ses connaissances le plus largement possible dans des domaines qui (le) passionnent".

"C'est vrai qu'on peut écrire n'importe quoi mais dans quel but ? Il y a toute une série de contrôles, des espaces de discussion, une page de contributeur. On finit par se connaître et il y a aussi des demandes de corrections", assure-t-il.

"On peut vraiment devenir +wikipédiholique+, obsédé par l'envie d'actualiser en permanence les informations", met-il en garde.



 
Retour à la liste d'article Inscription gratuite