Francebourse connait des difficultées technique. Nos techniciens font le maximum...

France Bourse : actualité de la bourse de Paris

L'actualité de la bourse de Paris vous intéresse ? Rejoignez les membres de France Bourse et découvrez les judicieux conseils de Jean-David Haddad pour optimiser vos placements boursiers. Avec France Bourse, le Cac 40 et toute la bourse de Paris n'auront plus aucun secret pour vous ! Bourse et Cac 40 : c'est sur France Bourse que cela se passe.

Mot de passe oublié ? S'inscrire
Accueil >> Bourse, Finance >> Premier Semestre... Ca aurait pu être pire! Par Jean-David Haddad
Article du 30/06/2020

Premier Semestre... Ca aurait pu être pire! Par Jean-David Haddad

Voilà... Le coup de gong du premier semestre a été donné.
C'est le milieu de l'année.
Et le CAC 40 perd 17.43%.
Les autres indices européens ne sont pas en reste de baisse : l'Eurostoxx perd 13.65%, le CAC SMALL perd 16.56%...
En revanche, l'ambiance est nettement moins rouge Outre-Altlantique avec un Dow Jones qui perd 10.24% et un Nasdaq qui, quant à lui, gagne 11.38%!
Rarement une telle disparité entre indices aura été constatée!

Retour en arrière : début janvier, 2020 commençait tout à fait normalement. Puis il y a eu ce virus venu de Chine. Dans un premier temps, cela a fait l'effet d'un virus classique sur la bourse. Puis après être remonté, le marché a dévissé, non pas en raison des perspectives de mortalité, mais en raison des mesures de confinement et d'arrêt de l'économie internationale décidées ici et là.
Le krach de mars 2020 fut le plus brutal de l'histoire récente!
Et le rebond fut aussi particulièrement puissant!
Le CAC 40 finit le semestre juste sous les 5000 points, mais il ne faut pas oublier qu'il est descendu à 3600 points au plus profond de la crise! Que le baril de pétrole était devenu incotable, avec un cours négatif! Aujourd'hui le Brent est à 41$, perdant néanmoins 37% depuis le 1er janvier!

Finalement, compte-tenu de ce qui s'est passé, de ce que nous avons vécu, des perspectives, sur 2020, de chute du PIB français (-12%), du PIB mondial (-4%), du PIB européen (-8%), on aurait pu s'attendre à pire... à bien pire sur la bourse de Paris et sur les indices boursiers.
Mais d'une part les banques centrales sont passées par là et continuent de passer par là, et d'autre part le Nasdaq permet aux autres indices d'amortir leur chute. Un Nasdaq tiré lui-même par des géants du net qui profitent de la crise et profiteront de ce qu'il est convenu d'appeler désormais "le monde d'après".

Jean-David HADDAD
Francebourse.com
 
Retour à la liste d'article Inscription gratuite