France Bourse
Abonnez-vous

Bourse de Paris : la baisse n'épargne personne, la gauche reconstruite inquiète

Article du 15/06/2024
Cette semaine a été particulièrement dévastatrice sur la Bourse de Paris.
Alors que le CAC 40 a commencé à baisser tranquillement lundi, comme il se devait au lendemain de l'annonce fracassante de la dissolution, avec un -1.35% sur le CAC 40, la journée de mardi a emboité le pas au lundi avec une chute de 1.33%. Puis, mercredi, l'indice vedette de la Bourse de Paris, le CAC 40, a repris 1%.
Jusque là, tout allait normalement. Les marchés ont été secoués, puis ont commencé à digérer.
Mais c'est surtout sur les séances de jeudi et de vendredi que les choses se sont accélérées, avec respectivement une baisse de 2% puis de 2.66% avec, une pointe à -3% sur la séance de vendredi, vers 16h30.
En tout, le CAC 40 a perdu 5% sur la semaine.
Pendant ce temps, aux USA, où les marchés se sont focalisés sur les taux d'intérêt et sur l'économie, le S&P 500 a aligné les séances de hausse et les records historiques, finissant la semaine à +1.32%. Le Nasdaq s'est offert le luxe de la finir sur un gain de 2.89% sur la semaine!
Le différentiel entre le CAC 40 et le Nasdaq est au final de 8 points sur la semaine! Du jamais vu au 21ème siècle, alors que les marchés sont hyper mondialisés et que les investisseurs regardent de moins en moins les contextes nationaux. Sauf à court terme, et on peut tabler sur le fait que nous soyons sur des excès de court terme, qui étaient cependant nécessaires vue la survalorisation des marchés.
Rien n'a été épargné sur la bourse de Paris. Pas même LVMH qui perd 4.68% sur la semaine. Son rival, Kering, plus mal en point, perd près de 8% sur la semaine. Le luxe n'est pas épargné.
L'automobile n'est pas épargnée non plus avec Stellantis qui perd près de 8% ou Renault qui perd 7%.
Les small caps "hors des radars", qui n'intéressent personne à part les particuliers, s'étaient bien tenus jusqu'à jeudi inclus mais tout a dévissé vendredi : la peur du week-end?
On peut penser que le Rassemblement National n'est pas la seule source d'inquiétude.
En effet, jusqu'à mercredi inclus, le marché intégrait le risque qu'il arrive au pouvoir. Mais dès jeudi, la percée de la gauche, qui s'est alliée contre toute attente, a, semble-t-il, encore plus inquiété les marchés. Tandis que l'annonce de son programme anti-entreprises vendredi, a visiblement effrayé les particuliers, parallèlement à sa remontée dans les sondages.

L'explication de ce qui est presqu'un flashkrach désormais est multiple et variée.

Gageons d'un certain retour à la normale la semaine qui suit...

Jean-David Haddad
Francebourse.com
Bourse, Finance

Publications précédentes

Nos portefeuilles
Performances actualisées le 01/12/2022
Croissance : 754%
Depuis sa création en 2001
Rendement : 247%
Depuis sa création en 2012
Déposées à la Bibliothèque Nationale de France
Actuellement
Recommandation
Avis JDH
Avis JDH
Analyses technique
Analyses fondamentales