France Bourse
Abonnez-vous

LA BCE créé les conditions de l'inflation à venir

Article du 30/04/2020
Hier, la BCE a confirmé ses mesures prises depuis le début de la crise sanitaire, à savoir accroitre ses achats de dette publique et privée sur le marché, afin d’éviter un durcissement des conditions de financement qui serait un facteur aggravant.

La BCE va ainsi dépenser 120 milliards d’euros de plus d’ici décembre au titre du « quantitative easing » (création et injections de liquidités dans l’économie, en rachetant des obligations d’Etat et des titres de créance afin de soulager les banques). Un Quantitative Easing déjà lancé sous Draghi en 2015, au moment où les Etats-Unis, eux, qui en sont les inventeurs (en 2008-2009), en sortaient. N’oublions pas par ailleurs que la BCE avait déjà lancé un programme d’urgence de 750 milliards d’euros il y a quelques semaines.

Par ailleurs, la BCE a baissé l’un de ses taux accordé aux banques, le ramenant de -0.75% à -1%, afin que les banques puissent faire face aux demandes de prêts garantis par l’Etat (à hauteur de 70 à 90%, rappelons-le).

Selon Stanislas Jourdan, directeur de l’ONG Positive Money, la BCE, par ce biais, « délivre sans honte de la monnaie-hélicoptère aux banques »

Or, quelle est la conséquence de la monnaie-hélicoptère si ce n’est pas l’inflation? Quelle est la conséquence d’un Quantitative Easing aussi massif si ce n’est pas l’inflation?

Article extrait de "Les Pros de l'Eco" :
www.lesprosdeleco.com

Francebourse.com
Nos portefeuilles
Performances actualisées le 31/05/2021
Croissance : +888.55%
Depuis sa création en 2001
Rendement : +206.38%
Depuis sa création en 2012
Déposées à la Bibliothèque Nationale de France
Actuellement
Recommandation
Recommandation
Suivi de recommandation
Analyses technique
Analyses fondamentales