Francebourse connait des difficultées technique. Nos techniciens font le maximum...

France Bourse : actualité de la bourse de Paris

L'actualité de la bourse de Paris vous intéresse ? Rejoignez les membres de France Bourse et découvrez les judicieux conseils de Jean-David Haddad pour optimiser vos placements boursiers. Avec France Bourse, le Cac 40 et toute la bourse de Paris n'auront plus aucun secret pour vous ! Bourse et Cac 40 : c'est sur France Bourse que cela se passe.

Mot de passe oublié ? S'inscrire
Accueil >> Bourse, Finance >> Zone euro: la croissance de l'activité ralentit, ravivant les craintes
Article du 23/09/2010

Zone euro: la croissance de l'activité ralentit, ravivant les craintes

La croissance de l'activité dans la zone euro a ralenti nettement en septembre, plombée par de mauvaises performances de l'Allemagne, ravivant les craintes concernant la reprise européenne, selon une première estimation de l'indice des directeurs d'achats (PMI) publiée jeudi.

L'indice composite PMI, qui synthétise l'activité dans l'industrie et les services, a reculé à 53,8 points contre 56,2 points en août, a indiqué la société Markit qui le publie.

C'est son plus bas niveau depuis sept mois.

L'indice reste pour le quatorzième mois d'affilée au-dessus de la barre des 50 points, qui signale une progression de l'activité. Mais son repli en septembre montre que le rythme de cette progression ralentit.

En août déjà, l'indice avait reculé, après 56,7 points en juillet.

Les données de septembre "alimentent les craintes de voir la reprise de l'activité économique en zone euro vaciller sensiblement, après un fort rebond de la croissance au second trimestre", a commenté Howard Archer, économiste chez IHS Global Insight.

"La chute de l'indice PMI en septembre est le signe le plus net jusqu'ici d'une perte de vitesse rapide de la reprise dans la zone euro, et du fait que certaines parties de la région pourraient déjà être retombées dans la récession", a renchéri Ben May, de Capital Economics.

La zone euro était sortie de la récession au troisième trimestre 2009, avec une croissance de 0,4%, après cinq trimestres consécutifs de recul du PIB.

Les seize pays partageant l'euro avaient ensuite enregistré deux trimestres de croissance faible (0,2% au quatrième trimestre 2009 et 0,3% au premier trimestre 2010), puis un net rebond au deuxième trimestre (1%), grâce aux bonnes performances de l'Allemagne.

Mais les économistes craignent que l'embellie soit de courte durée. L'évolution de l'indice PMI nourrit leurs préoccupations, comme celles des marchés. L'euro, tiré vers le bas après la publication de l'indice, évoluait jeudi sous les 1,34 dollar.

Pour Chris Williamson, chef économiste chez Markit, "les données de l'indice PMI du mois de septembre indiquent que la croissance économique de la zone euro a subi un fort ralentissement à la fin du troisième trimestre".

Selon lui, la croissance devrait être "de l'ordre de 0,6%" au troisième trimestre, et "les faibles indices de septembre indiquent qu'il faut s'attendre à un nouveau ralentissement dans la région au dernier trimestre et à un taux plutôt proche des 0,3%".

L'indice PMI a reculé à la fois dans l'industrie manufacturière et les services.

Il a fléchi à 53,6 points dans les services, contre 55,9 points en août, au plus bas depuis sept mois.

Dans le secteur manufacturier, il a nettement baissé à 53,6 points, après 55,1 points en août. C'est son plus bas niveau depuis huit mois.

Par ailleurs, l'activité a ralenti à un rythme particulièrement élevé en Allemagne, où l'indice PMI s'est établi à 54,8 points contre 58,4 points en août.

Ce "fort ralentissement" en Allemagne "pourrait n'être que le résultat d'un fléchissement attendu suite à la forte accélération enregistrée en début d?année", tempère cependant Chris Williamson.

Il estime par ailleurs que "la croissance toujours solide en France rassure". L'indice y a reculé plus légèrement, à 58,5 points contre 59,5 points en août.

Cependant, en dehors de ces deux pays, "les craintes d'une nouvelle récession vont être attisées par une nouvelle contraction de l'activité économique", selon l'économiste de Markit.



 
Retour à la liste d'article Inscription gratuite