Francebourse connait des difficultées technique. Nos techniciens font le maximum...

France Bourse : actualité de la bourse de Paris

L'actualité de la bourse de Paris vous intéresse ? Rejoignez les membres de France Bourse et découvrez les judicieux conseils de Jean-David Haddad pour optimiser vos placements boursiers. Avec France Bourse, le Cac 40 et toute la bourse de Paris n'auront plus aucun secret pour vous ! Bourse et Cac 40 : c'est sur France Bourse que cela se passe.

Mot de passe oublié ? S'inscrire
Accueil >> Interviews >> Interview de Philippe Baudry, PDG de ARTEA
Article du 21/01/2019

Interview de Philippe Baudry, PDG de ARTEA

La société ARTEA est une société de laquelle nous avons récemment parlé. C'est une société que nous dévoilons un peu plus à nos lecteurs, en particulier via une interview de son PDG Philippe Baudry. Interview réalisée par notre rédacteur en chef Jean-David Haddad.

JDH : Bonjour Monsieur Baudry, vous êtes le PDG de la société ARTEA. Alors, d'emblée une question : peut-on définir Artea comme un promoteur immobilier, comme une foncière ou autre chose?

PB : Nous sommes une foncière de développement, à savoir un acteur présent sur l'ensemble de la chaine de valeur de l'immobilier, allant de la conception à la réalisation, en passant par le financement et l'exploitation de murs, et depuis peu, un développement dans l'offre de services.

JDH: Quel genre de services?

PB : A partir d'un territoire, d'un lieu, nous sommes capables d'inventer un espace, de créer une dynamique porteuse de lien social, car créer un espace ne suffit pas, ne suffit plus, surtout pour loger les milléniums, c'est-à-dire la génération qui arrive maintenant sur le marché du travail.

JDH : Quelle est la part des bâtiments à énergies renouvelables dans ce que vous construisez?

PB : 100%

JDH : Depuis quand?

PB : Depuis 2009; nous sommes un acteur pionnier et c'est pour cela que nous avons créé une filiale énergétique. Nous concevons, fabriquons et développons nos centrales pour nos immeubles à énergie positive.

JDH : Pouvez-vous nous donner quelques éléments chiffrés sur votre entreprise? Progression du CA ces dernières années, marge brute, marge d'exploitation, marge nette et surtout les chiffres anticipés pour l'exercice 2018 qui vient de s'achever?

PB : Le chiffre d'affaires n'est pas un bon indicateur de notre activité. En effet, quand nous faisons entrer un immeuble dans la foncière, le chiffre d'affaires est de 0. Plus intéressant est le volume d'activité, et en volume d'activité nous sommes entre 60 et 80M€ par an actuellement et visons 100 millions pour la suite. Le résultat de 2018 n'est pas encore finalisé, mais nous espérons, sans engagement de notre part, nous approcher des 10M€ de résultat net et progresser sur les années suivantes.


JDH : Quel est votre actif net réévalué?

PB : Il y a deux actifs nets. Deux ANR. L'ANR immobilier qui est de 120M€ moins 58% de dette, faites le calcul. Et l'ANR énergétique d'environ 25M€.

JDH : 120 millions moins 58% de 120 millions cela donne un peu plus de 50M€. Plus 25M€. Cela fait 75M€. Savez-vous quel est votre ratio "loan to value"? (NDLR : rapport entre l’endettement net et la valeur des biens possédés)?

PB : Environ 56% en 2017 mais nous espérons faire baisser ce ratio et le stabiliser autour de 46%

JDH : Votre titre, jusque là, s'échangeait très peu. Et vous avez décidé désormais de lui donner une vie boursière. Vous souhaitez donc que les actionnaires individuels fassent la connaissance d'Artea? Et pourquoi?

PB : Nous avons toujours voulu le faire mais manquions de temps. Aujourd'hui nous avons une OCEANE qui arrive à terme. Nous avons des obligataires qui veulent investir mais le flottant est faible. D'où notre but d'accroitre le flottant en mettant en vente des actions détenues par une filiale d'Artea. Cette opération doit créer un volume d'échanges régulier et nous allons aussi communiquer davantage

JDH : Envisagez-vous des opérations d'internationalisation? De croissance externe?

PB : Oui, internationalisation et croissance externe. Mais nous n'en dirons pas plus à ce stade sinon que nous négocions l'acquisition d'une cible à prix très raisonnable.

JDH : A terme envisagez-vous une augmentation de capital?

PB : Cela n'est pas prévu aujourd'hui mais à terme, vues nos perspectives de croissance, pourquoi pas.

JDH : Comment rêveriez-vous Artea dans 5 ans, doit la durée normale d'investissement en bourse?

PB : Dans 5 ans nous aurons basculé vers un modèle de vrai acteur de services dans un esprit de coworking, coliving, avec une marque beaucoup plus forte et une implantation périphérique à la France.

JDH : Comptez-vous un jour distribuer des dividendes?

PB : Oui, évidemment mais uniquement lorsque nous aurons atteint les 100 millions de capitaux propres.

JDH : Question habituelle pour un chef d’entreprise que j’interviewe pour la première fois… Y a-t-il un patron que vous admirez, auquel vous aimeriez vous identifier ?

PB : Evidemment... Elon Musk. Pour moi ce type est un génie à la hauteur de Steeve Jobs. Il a réinventé le monde de l'automobile : l'automobile devient un écosystème, et non plus un simple moyen de transport. Il n'y avait pas eu de vraie nouvelle marque automobile depuis 80 ans. Et lui a créé une marque, qui en quelques années, vaut plus cher que Mercedes!

JDH : Monsieur Baudry, je vous remercie infiniment de cette présentation!

Francebourse.com
 
Retour à la liste d'article Inscription gratuite