France Bourse
Abonnez-vous

Sécurité sociale : Polémique autour du projet de déremboursement de médicaments pour les ALD

Article du 25/06/2008

Hier, un article du quotidien Les Echos évoquait une possible réduction du taux de prise en charge de certains médicaments des patients souffrant d’affections longue durée (ALD). Certains d’entre eux ne seraient remboursés qu’à 35 % au lieu de 100 % actuellement, expliquait le journal. Huit millions de personnes sont atteintes en France d’une ALD.
« Plus les mesures seront mises en oeuvre vite, plus le retour à l’équilibre sera conforté », déclarait le directeur de l’Assurance Maladie Frédéric van Roekeghem soulignant sa volonté de travailler à la réduction du déficit de la Sécurité sociale.
Un tel projet n’a pas manqué de susciter la polémique, notamment dans les rangs de la majorité. Ce malgré l’intervention de la ministre de la Santé hier à l’Assemblée nationale. Si Roselyne Bachelot s’est bien gardée de se prononcer sur l’avenir d’un tel projet, elle a qualifié d’ « immoral » le déficit de la Sécu, laissant penser à de probables annonces à venir. Avant elle, le ministre du Budget Eric Woerth a rappelé qu’il n’y avait « aucune remise en cause du remboursement à 100 % des affections longue durée » sans se prononcer sur les médicaments « à vignette bleue » ou sur l’accès à la catégorie ALD. Deux éléments du projet esquissé par le directeur de l’Assurance Maladie qui soulèvent des questions.
La presse de ce mercredi estime dans son ensemble que cette « hypothèse est en fait un ‘ballon d’essai » lancé par le gouvernement pour voir jusqu’où il peut aller pour réduire le déficit de la Sécurité Sociale, un peu à la manière de ce qui avait été fait concernant la carte de réduction pour les familles à la SNCF. Ce sujet avait également provoqué un tollé.
« L’annonce est prématurée, très maladroite, j’espère que le gouvernement reviendra là-dessus en essayant de mettre fin à un certain nombre d’abus, mais en maintenant ce principe fondamental du remboursement intégral pour ceux qui souffrent des maladies les plus graves », tempère le député villepiniste François Goulard (UMP).
Dans l’opposition cependant, on ne désarme pas. L’orateur PS sur les questions de santé, Jean-Marie Le Guen, a évoqué la menace d’une « grave récession en matière de santé publique ».

Francebourse.com, avec AFP
Sur le même sujet
Nos portefeuilles
Performances actualisées le 01/12/2022
Croissance : 754%
Depuis sa création en 2001
Rendement : 247%
Depuis sa création en 2012
Déposées à la Bibliothèque Nationale de France
Actuellement
Suivi de recommandation
Recommandation
Suivi de recommandation
Analyses technique
Analyses fondamentales