France Bourse
Abonnez-vous

Bourse de Paris : A la lisière des 5 600 points

Article du 29/11/2007

Mnemo : PXI


La Bourse de Paris a terminé en hausse jeudi, le CAC 40 gagnant 0,66 % à 5 598,11 points. L’indice parisien a touché un plus haut en cours de séance à 5 615 points.
Hier, le CAC avait clôturé sur une performance de + 2,34 % à 5 561,21 points.
Les Bourses européennes ont inversé la tendance à la mi-journée puisqu’elles ont augmenté leurs gains dans le sillage de la révision en hausse des chiffres de la croissance aux Etats-Unis pour le troisième trimestre.

A Wall Street, on reste dans le vert ce soir. Actuellement, le Dow Jones se situe au dessus de la barre des 13 300 points, à 13 309,53 points (+ 0,15 %). Le Nasdaq est à 2 674,96 points (+ 0,45 %).

Du côté des statistiques du jour, on notera tout d’abord les prix à la production en Italie qui sont ressortis en hausse de 0,4 % en octobre et de 3,6 % sur un an, portée par les prix de l’énergie, des produits alimentaires, des boissons et du tabac.
En Allemagne, on attendait les chiffres du chômage. Le taux de chômage en données corrigées des variations saisonnières est tombé à 8,6 % contre 8,7 % en octobre. Le nombre de demandeurs d’emploi a baissé de 53 000 en novembre pour revenir à 3,6 millions, selon l’Office fédéral du travail.
En données brutes, les effectifs du chômage ont diminué de 55 000 pour revenir à 3,378 millions en novembre et le taux de chômage a diminué d'un dixième de point à 8,1%.
Le nombre de demandeurs d’emploi recule en novembre à ses plus bas niveaux depuis mai 1995, preuve que le marché de l’emploi résiste bien aux craintes d’un ralentissement de l’économie. A 8,6 %, le taux de chômage CVS retrouve son plus bas depuis avril 1993.
L’indicateur est plutôt rassurant alors que les turbulences financières de cet été, le renchérissement du pétrole et l’euro fort font peser des risques sur la croissance allemande.
Au Royaume-Uni, les ventes au détail ont enregistré une hausse inattendue en novembre : + 13 selon l’enquête de la fédération d'industriels CBI, qui souligne que la hausse des prix a atteint son rythme le plus élevé depuis près de 10 ans.
En France, l’indicateur résumé d’opinion des ménages enregistre une chute de cinq points à -28, en données corrigées des variations saisonnières, selon l’INSEE.
Tous les soldes composant l'indicateur résumé se replient en novembre. « Voilà qui est de très mauvais augure pour la croissance française », a réagi Alexander Law, économiste chez Xerfi.
L’opinion des ménages sur le niveau de vie en France s’est elle-même dégradée, aussi bien en ce qui concerne son évolution passée que ses perspectives, indique l’INSEE. Sans doute un effet des grèves dans les transports.
En ce qui concerne l’évolution passée et future de leur situation financière personnelle, l’opinion des ménages se détériore de nouveau légèrement, de deux points. Elle est en baisse de 15 points par rapport à leur niveau de mai. Elle évolue peu en ce qui concerne le niveau actuel de leur situation financière.
Par ailleurs, les ménages sont légèrement plus pessimistes concernant l’évolution du chômage.
Le solde sur l’opportunité d'épargner recule, comme en octobre, alors que celui sur la capacité future à épargner chute de 14 points.
Quant au sentiment des ménages concernant l’inflation, il se détériore nettement, notamment en ce qui concerne leur perception de l'inflation passée.
Aux Etats-Unis, ce sont également les chiffres du chômage qui ont fait l’actualité statistique aujourd’hui. Les inscriptions au chômage pour la semaine se terminant le 24 novembre ont été de 352 000, contre un consensus de 330 000.
728 000 ventes de logements neufs ont été enregistrées aux Etats-Unis en octobre en rythme annuel. Le chiffre du mois de septembre a été revu à la baisse de 770 000 à 716 000.
Par ailleurs, aux Etats-Unis toujours, la croissance du troisième trimestre a été révisée en hausse à 4,9 %, au lieu de 3,9 % annoncé initialement, en raison d’une balance commerciale et d’investissements d’entreprises meilleurs que prévu, a indiqué le département du Commerce. C’est la croissance la plus vigoureuse enregistrée depuis le troisième trimestre 2003.
Ce rapport était très attendu par les marchés qui s’interrogent sur les ramifications de la crise provoquée par les emprunts immobiliers à risques et sur les intentions de la banque centrale (Fed) pour y faire face.
Toutefois, la prudence s’impose. Si la Maison Blanche relève sa prévision de croissance pour 2007 (à 2,7 % au lieu de 2,3 %), elle a en revanche abaissé son objectif pour 2008 (à 2,7 % contre 3,1%).
Dans le détail, les exportations ont été révisées en hausse (+ 18,9 % au lieu de + 16,2 %) tandis que les importations augmentaient moins que prévu (+ 4,3 % au lieu de + 5,2 %). Les exportations de biens manufacturés ont en particulier réalisé leur plus forte croissance (+ 25,8 %) depuis le premier trimestre 1988.
De leur côté, les entreprises ont augmenté leurs investissements (+ 9,4 % au lieu de + 7,9 %) et ont surtout plus renfloué leurs stocks que prévu (+ 27,1 milliards de dollars au lieu de 9,9).
Les dépenses de consommation ont été révisées en légère baisse (+ 2,7 % au lieu de + 3 %), dans un contexte de prix de l’essence élevés et de ralentissement de l’immobilier.
L’investissement résidentiel a accusé un recul moins important qu’estimé initialement : - 19,7 % au lieu de - 20,1 %, ce qui marque toutefois son septième trimestre consécutif de baisse et la plus forte chute depuis le troisième trimestre 2006.
Au Japon, la production industrielle a augmenté de 1,6 % en octobre par rapport à septembre, une hausse légèrement inférieure aux attentes qui ne modifie guère les anticipations d’un maintien des taux d’intérêt à leur niveau actuel jusqu’au début de l’an prochain.
Cette hausse est à mettre au crédit de l’automobile et des équipements de production de semi-conducteurs.

Le pétrole gagne actuellement 2,25 % à 92,66 emporté par les craintes de l’approvisionnement américain suite à une explosion meurtrière et handicapante pour l’acheminement des ressources pétrolières d’un oléoduc aux Etats-Unis

Francebourse.com – Alexandra Voinchet, avec AFP

Sur le même sujet
Nos portefeuilles
Performances actualisées le 01/12/2022
Croissance : 754%
Depuis sa création en 2001
Rendement : 247%
Depuis sa création en 2012
Déposées à la Bibliothèque Nationale de France
Actuellement
Avis JDH
Avis JDH
Suivi de recommandation
Analyses technique
Analyses fondamentales