France Bourse
Abonnez-vous

Pakistan : L’aide de Scotland Yard

Article du 03/01/2008

Le Pakistan a finalement accepté une aide extérieure pour élucider le meurtre de l’opposante Benazir Bhutto. Une équipe de Scotland Yard doit se rendre cette semaine sur place.
L’équipe d’experts scientifiques anglais travaillera avec les enquêteurs pakistanais mais les autorités pakistanaises dirigeront l’enquête, a précisé la police britannique.
C’est la France qui, la première, avait proposé au Pakistan une aide de la sorte, proposition relayée par le chef de la diplomatie française Bernard Kouchner en visite au Pakistan.
En faisant ce geste, le président Pervez Musharraf tente de mettre fin à une controverse sur les circonstances de la mort de l’ex-Premier ministre mais aussi de préserver son capital confiance auprès de l’Occident.
La polémique sur la mort de Benazir Bhutto a en effet enflé dès le lendemain de l’attentat suicide du 27 décembre. Islamabad a aussitôt accusé des groupes liés à Al-Qaïda alors que le parti de Benazir Bhutto évoquait la piste de hauts responsables proches du pouvoir et des services de renseignement pakistanais qui auraient agi à l’insu du chef de l’Etat, comme Benazir Bhutto l’avait laissé entendre après une première tentative d’assassinat, le 18 octobre, quand deux kamikazes l’avaient manquée de peu à Karachi, tuant 139 personnes.
Et une controverse provoquée par des déclarations du gouvernement a alimenté le soupçon. Le ministère de l’Intérieur a assuré que Benazir Bhutto était décédée d’une fracture du crâne subie en heurtant le levier du toit ouvrant de sa voiture alors qu’elle tentait d’échapper à des tirs. Son parti affirme qu’elle a été atteinte d’une balle à la tête.
Des premiers éléments de réponse apparaissent, quoique flous. La presse a diffusé une photo de deux hommes à quelques mètres de la voiture de l’ex-Premier ministre, quelques secondes avant qu’un inconnu n’ouvre le feu sur elle et que ce dernier, ou un complice, ne fasse exploser la bombe qu’il portait sur lui.
Une vidéo d’amateur ainsi que de nombreux témoignages sur place évoquent un assaillant qui aurait ouvert le feu avant l’explosion qui a tué 20 autres personnes.
Pour tenter de couper court à la polémique, les autorités pakistanaises offrent 10 millions de roupies (environ 164 000 dollars) à quiconque fournira des informations « fiables » permettant d’identifier les deux suspects présumés.

Francebourse.com – Alexandra Voinchet, avec AFP
Sur le même sujet
Nos portefeuilles
Performances actualisées le 01/06/2022
Croissance : +837.8%%
Depuis sa création en 2001
Rendement : +244.2%%
Depuis sa création en 2012
Déposées à la Bibliothèque Nationale de France
Actuellement
Recommandation
Suivi de recommandation
Recommandation
Analyses technique
Analyses fondamentales